L’échec n’existe pas !

Je voudrais partager avec vous un concept, ou plutôt un leitmotiv : l’échec n’existe pas ! Et oui ! C’est un concept que j’ai mis du temps à comprendre, mais une fois intégré, cela a changé complètement mes perceptions et ma motivation au quotidien.

En fait pendant longtemps je pensais que je n’étais pas capable et je m’étais habituée à échouer. Je me sentais en échec permanent, j’étais la championne de l’échec ! Ajoutez à cela une bonne dose de pessimisme – car tout n’était pas si noir, simplement je ne savais pas qui j’étais ni où j’allais – et me voilà en pilote automatique, le nez dans le guidon.

pexels-photo-131616

Par exemple j’ai passé quatre fois le permis et je l’ai raté quatre fois. Je devais me réinscrire au code car il n’était plus valable. Il fallait donc tout recommencer et je ne l’ai pas fait. C’est à ce moment là que j’ai échoué. Pendant plusieurs années, lorsque l’on me demandait si je conduisais, je répondais : « Je n’ai pas réussi à avoir le permis, j’ai échoué ». Les gens me disaient : « Hé bien repasse-le ! » et là je répondais : « Non j’ai déjà essayé quatre fois, je suis nulle, je ne suis pas capable de conduire, à quoi bon réessayer »… A ce moment-là, je me confortais dans mon échec, qui intérieurement était une véritable frustration, car j’avais honte. Je pensais avoir honte vis-à-vis des autres mais en réalité c’était vis-à-vis de moi-même. J’avais honte d’avoir abandonné. Mais l’échec n’existe pas tant qu’on n’abandonne pas ! C’est bien ça la nuance : tant qu’on continue d’essayer, on progresse et on affine, même si cela prend du temps.

Je l’ai repassé plusieurs années après, avec beaucoup plus de conviction et de détermination -ça y fait bien évidemment- et j’ai eu le code et le permis du premier coup. Depuis ce jour, mes perceptions ont complètement changé. Ce qui pour moi était le symbole de l’échec retentissant est devenu le symbole de la victoire et de la persévérance !

pexels-photo-277052

Je sais que cela peut paraître disproportionné pour une histoire de permis de conduire, mais c’est là que j’ai compris qu’il ne fallait rien lâcher et dans aucun domaine.

 

Il en est de même dans le domaine amoureux. Souvent, certains se disent qu’ils ont trop souffert de leurs relations passées, qu’elles ont été des « échecs cuisants » et que ça ne servirait à rien de rencontrer quelqu’un pour que ça aboutisse au même résultat. Là, c’est pareil : il ne faut rien lâcher. Il y a toujours quelque chose à apprendre sur soi de ses précédentes relations. Il serait dommage de passer à coté de l’amour de sa vie sous prétexte que « On a déjà essayé, on a échoué et on a pas envie de souffrir encore une fois ». Il faut savoir donner une chance à quelqu’un de nouveau, se donner aussi une chance à soi et se dire que peu importe où cela nous mènera : on verra bien !

pexels-photo-433452

Retenez ceci : l’échec n’existe pas ! Les fois ou vous avez « raté » ne sont que des essais, des tentatives. Autorisez-vous à recommencer et réussir. Peu importe le temps que cela prendra ou le nombre d’essais, vous devez continuez d’avancer vers vos objectifs. Vous ne serez que plus fier(e) de vous lorsque vous aurez atteint vos buts.

Paix & gratitude

Virginie

 

 

Publicités

4 réflexions sur “L’échec n’existe pas !

  1. Hello! Je trouve l’exemple du permis parfait. Je connais des gens qui l’ont passé et repassé et qui le vivent comme un échec, alors même qu’il leur reste des chances. Je crois que c’est le meilleur moyen de se prendre un mur les fois suivantes.
    Moi-même j’ai eu mon permis du premier coup, mais je ne pensais pas l’avoir. Et même après l’avoir eu je ne conduisais pas: je n’arrêtais pas de me mettre en tête (et de répéter à mon entourage) que je ne savais pas conduire, que j’étais nulle, que je ne saurais jamais. Grosse erreur évidemment, étant donné le poids du mental sur ce qu’on peut faire.

    En amour, je pense que c’est plus compliqué. Je connais aussi des personnes que ça a vraiment blessé et quand on est blessé je comprends qu’on ait envie de s’épargner de nouvelles souffrances. Tout dépend des capacités de chacun…

    J'aime

    • Merci pour ton commentaire et partage d’expérience Nestah 🙂
      Je comprends ce que tu veux dire dans le domaine amoureux, bien sûr il faut un temps pour se remettre d’une rupture, et du recul pour se recentrer sur soi et savoir ce qu’on veut et ce que l’on attend d’une relation. Il est possible aussi que ces blessures dont tu parles soient en lien et fassent écho aux blessures de l’âme, au delà de la souffrance ressenti lors de la rupture. J’ai écrit un article sur le sujet : »les 5 blessures de l’âme » si ça t’intéresse n’hésite pas à le lire 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s